Your browser does not support CSS animations.

Mon entrée de jeu

Daniel Laurent

Daniel Laurent

Grâce à une conférence du Dr Denniel (médecin acupuncteur de Lorient) à Caudan en fin 1970, je rencontrai André Timon (dentiste en semaine et acupuncteur le samedi). André Timon accepta de m’initier aux bases de l’acupuncture traditionnelle. A cette occasion, il me fit rencontrer Charles Laville Méry, et me parla beaucoup d’André Faubert.

A l’Orient je croisais plusieurs fois Jacques LAVIER dans la librairie que nous fréquentions tous les deux, mais il ne m’accepta pas dans ses cours réservés aux seuls médecins.

A partir de 1972 j’étudiais avec André et Gabriel Faubert, qui initiaient sur Paris un premier cours organisé, sur deux années.
En 1974, avec André Faubert et l’ensemble du premier groupe d’étudiants, nous formions une association appelée Tong Jen, qui disparut un an plus tard victime de l’individualisme. A sa suite je créais l’Association de Soutien à l’Acupuncture Traditionnelle (ASAT) qui publia un fascicule des questions fréquentes sur l’acupuncture traditionnelle. Ce texte fut repris en annexe du ” Traité Didactique d’Acupuncture Traditionnelle ” de André Faubert.
J’ai continué à suivre les enseignements d’André que je considère comme celui qui m’a réellement mis à la pratique.
Plus tard (1976) je l’ai assisté dans l’écriture de son ouvrage majeur intitulé “Traité Didactique d’Acupuncture Traditionnelle” publié en 1977, et il m’a fait l’honneur de remerciements en première page, avec deux autres acupuncteurs de sa lignée.
En 1977 je rencontrai Jacques Worsley . Je fis un stage et je passai ma licence d’acupuncture. Jacques Worsley estima qu’étant donné ma formation en France, je méritais d’avantage que la simple licence.
Dans la foulée du livre d’André Faubert, je publiai en 1977 un Atlas d’acupuncture traditionnelle (avec d’autres acupuncteurs issus de la formation Faubert) et en 1978 un ouvrage intitulé “pratique de la psychologie chinoise”. Faubert préfaça les deux ouvrages. Pour le second je demandai à Jean-Marie Lepeltier, qui n’avait pas encore commencé ses études d’acupuncture, d’écrire une post-face, en tant que “secrétaire de l’association de sinologie et d’acupuncture traditionnelle”, association reprenant le sigle de l’ASAT et que nous avons imaginée pour donner plus de relief à la post-face.
En 1977-78 j’organisais à Lorient un cours de mise à la pratique pour une dizaine d’étudiants en acupuncture issus de la formation du docteur Borsarello (se réclamant lui-même de Charles Laville-Méry) et de Claude Léger. A cette occasion je signais un contrat avec le professeur Jack Worsley de Leamington Spa (UK) selon lequel mes étudiants futurs feraient un stage annuel d’une semaine chaque année au Collège de Leamington Spa et y passeraient leur licence après un examen théorique et pratique. Cela dura plus de 10 ans, et c’est dans le cadre de cet accord que le Professeur Worsley est venu animer deux fois des séminaires pratiques à Lorient. Il me conféra en 1978 le titre de fellow de son collège.
Dominique LE GUILLY, acupunctrice traditionnelle, issue du cours de Claude LEGER, fit partie de ce premier groupe initial et reçut sa licence en juillet 78.
Avec elle, sur le modèle de ce que fit André Faubert, nous avons effectué un stage à Hong Kong (avec le professeur Chen Kai) puis à Tai Pei (avec le professeur Go Goang), et passés en 1981 un Master à l’Université de Hwa Kang (de la China Académy).
En 1978-79 je décidais de former ma première “cuvée d’acupuncteurs”. Parmi eux : Jean-Marie Lepeltier et Jacques LACROIX. Cette formation se faisait sur deux années.